Exclu : les tendances fashion pour l'été 2012

Publié le par Betty Glam

http://portfolio.lesoir.be/main.php?g2_view=core.DownloadItem&g2_itemId=717778&g2_serialNumber=2

La ceinture

L'effet taille basse est terminé. On ceinture haut, serré et avec des effets de noeuds ou de largeurs. Seuls autorisés à se porter bas et faire leur come-back : la banane ses ersatz de ceintures poches. Notamment vus chez Jean- Paul Gaultier déjà déclinés chez Maje et consorts.

La géométrie

Symétrie parfaite, aplats géométriques, effets patchwork, la mode joue avec des formes simples pose pour mieux déstructurer ou habiter le vêtement. La palme à l'Anversois Dries Van Noten avec ses patchworks de tissus imprimés qui trompent l'oeil et chahutent les lignes classiques. Mais aussi au créateur Hussein Chalayan qui revient sur scène grâce au soutien d'Intel. Le Britannique, déguisé en maître d'hôtel, coupes à ses mannequins, qui se baladent dans des ou vestes aux pans découpés, flottants, brodés, drapés imprimés. Une géométrie variable et poétique.

La dentelle

Qui dit été, dit légèreté. Et tous les principes de mousselines et dentelles sont mis à profit. Dentelle anglaise chez Vuitton, dentelle façon crochet chez Isabel Marant et petites extravagances à porter à même la peau. Effets d'optique.

La ligne noire

Rappelez-vous la fameuse robe Mondrian dessinée par Yves Saint Laurent en 1965. Il jouait avec le principe des tableaux abstraits de l'artiste sur des robes simplissimes en jersey. Aplats de couleurs franches et lignes noires. Eh bien, il y a de cette ligne-là et de ce principe. La ligne noire défile. Droite, géométrique, fourbe ou en trompe-l'oeil. Elle souligne ou décale. Et rehausse invariablement le blanc.

Les découpes

On coupe et découpe pour montrer la peau ou autre tissu. Effet de style. Mais au royaume du genre, prenez Anthony Vaccarello comme roi. à La Cambre, le créateur belgo-italien fait merveilles avec des robes improbables et non où tout ne semble tenir qu'à un fil. De fer, faire, comme les encolures bijoux de ses aux décolletés vertigineux. Il flirte avec les mais ne tombe jamais dans le trop. Prend Doillon comme égérie. Signe une deuxième collection pour La Redoute. Et récolte les compliments et olé de toute la sphère mode. Entendez par là les Lagerfeld, Roitfeld et autres manitous qui font une carrière.

Le pantalon

Avec les sarouels et autres pantalons carottes déclinés ces dernières saisons, le slim a trouvé ses compagnons de jeu. Du coup, oubliez le jean pur et dur, le pantalon continue à travailler toutes ses déclinaisons pour l'été. Resserré à la cheville chez Gucci, noué chez Alexis Mabille ou drapé chez Anne Valéry Hash. Il ose les détails décalés ou les jeux de volume. Hyper-classe ou hyper-cool.

Le rétro

La mode est un éternel recommencement, voilà pour la ritournelle. Les créateurs ne s'en cachent ni ne s'en plaignent. S'inspirant gaiement des coupes d'antan pour mieux les revisiter. Tailles de guêpe, jupes crayons ou en corolle, col lavallière à noeuds géants et vestes à basques. Ces codes sont notamment repris par l'Italien Giambattista Valli, qui fait ses débuts officiels dans la haute couture. Et c'est même ça qui a fait jurer mordicus à la presse que le Belge Raf Simons allait débarquer chez Dior : les jupes de sa dernière collection chez Jil Sander avait un petit air rétro de fifties, façon New Look de Dior.

Le long

Il y a l'hyper court, certes, la longueur qui flirte avec genoux ou mollets, d'accord, mais il y a aussi le long, l'hyper long, quasi disparu dans les années 2000 et redevenu incontournable. Pas que le soir, pas qu'en version sirène. les volumes sont droits, amples, drapés. Ils flottent avec la marche. Décomplexés.

Amandine Maziers-Victoire magazine

Publié dans Modes

Commenter cet article